Dalil Boubaker un homme de paix ?

Publié le par Secticide

En réaction aux déclarations ambigües de Mr Dalil Boubakeur sur l'affaire Redecker & la publication des caricatures parues dans  «Charlie Hebdo »

Mr Dalil Boubaker est le recteur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris et le président du Conseil français du culte musulman.

AFP le 02 février 2007

«Les caricatures du prophète Mahomet constituent un véritable délit d’expression de la haine raciale», a déclaré vendredi Dalil Boubakeur


«Ces caricatures sont une expression de l’islamophobie et l’islamophobie est un délit», a-t-il insisté.


Charlie Hebdo, en publiant ces caricatures, cherchait à «heurter tous les musulmans, pas seulement les intégristes».



«Je condamne toutes les violences, physiques ou verbales», a déclaré à l'AFP M. Boubakeur.

«Ce ne sont pas les musulmans qui le menacent, ce sont des extrémistes, des radicaux. Nous leur laissons l'entière responsabilité de leurs menaces, ils ne nous représentent pas», a-t-il poursuivi.

«Ils ne rêvent que de ça, de la polémique et des médias. Ne faisons pas le jeu des radicaux», a-t-il insisté.

Dépêche Reuters :
«Le CFCM prône la prudence dans un climat de tensions sur l'islam»

Dalil Boubakeur juge inacceptables les menaces visant un professeur français, auteur d'une tribune critique envers l'islam, mais appelle à la prudence dans le climat de tensions sur cette question.

«Je suis triste de le voir inquiet et menacé, c'est inacceptable. Nous sommes dans un pays de droit et nul n'a la faculté de se faire justice lui-même»

«Il faut être prudent dans le climat de tension que traverse actuellement la communauté musulmane, sur le plan national et international»

Néanmoins, le président du CFCM estime qu'il y a «dans tout cela plus d'agitation et de rodomontades que de menaces sérieuses».

«Après les caricatures, certaines déclarations sur la violence de l'islam ou le manque de raison dans la religion musulmane, on voit de plus en plus que des amalgames sont faits entre islam et islamisme, et on confond souvent l'un et l'autre, ce qui est une erreur inacceptable».

Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Marseille a appelé les musulmans «à ne pas tomber dans ces manipulations et éviter de réagir comme certains le souhaiteraient».


À première vue, il nous apparaît bien sympathique ce cher Mr Boubaker. l'Islam de France est pacifique et Sa Sainteté Dalil en est garante.

Pourtant, ce brave homme, modéré de la cause musulmane, qui «condamne toutes les violences, physiques ou verbales» déclare ainsi face aux caméras qu'il renvoie dos à dos Mr Redecker et les islamistes.

Ainsi donc Robert Redeker serait «justiciable» pour avoir critiqué Mahomet ?
Vous qui faites de la raison votre cheval de bataille devez comprendre que nos sociétés modernes pratiquent le débat. Rappelez-vous au moyen-âge les théocraties combattaient les paroles et les actes hors du droit canonique. Ce temps est révolu prenez du recul et choisissez votre camp cher Dalil et surtout soyez raisonnable, vous injuriez les infidèles laïcs en considérant qu'une fatwa prévaut à la justice du peuple. Ce n'est pas la première fois que votre pratique de la démocratie rencontre quelques difficultés, souvenez-vous le voile et les caricatures. Relisez le saint coran, il vous enseigne à longueur de versets qu'il faut respecter la parole des infidèles et des mécréants, apprenez donc à lire entre les lignes. En matière de raison le pape Benoit peut vous aider, c'est un homme charmant, capable de vous comprendre. Méfiez vous quand même ( malgré le bruit des bottes nous l'appelons langue de vipère ) car il aime mordre et à quelques difficultés d'élocutions à y perdre son latin.

Ainsi donc le clément, le miséricordieux considère légitime la mise à mort en réponse à la liberté d'opinion ?
De plus, dans le language babil, un «appel à la prudence» c'est fermer sa gueule et approuver implicitement. Pour Sa Sainteté un «climat de tension» est provoqué par quelques valeureux politiques radicaux qui jouent les susceptibles pour en découdre avec le croisé, l'infidèle. ( pourtant le saint coran m'enseigne que la parole de celui qui croit en Allah est préférable à la parole des infidèles )

Pour celui qui nous guide dans le droit chemin la «polémique» c'est tuer Théo Van Goth, ... ou  Zahra Kazemi  ? c'est menacer de mort Taslima NasreenSalman RushdieAayan Hirsi Ali,  ... et aujourd'hui Robert Redeker ? au nom de la guerre sainte ? Allah et son prophète aiment le sang à moins qu'ils n'aient pas plus d'influence sur l'homme que le père noël sur les adultes! Ne riez pas, et surtout ne blasphémez pas, je crois au père noël.

Selon hérode.net : «La guerre sainte en vue d'étendre le domaine de l'islam peut excuser le meurtre dans les périodes sacrées. Cette forme de guerre est l'aspect le plus brutal du jihad. Le jihad recouvre un ensemble de prescriptions qui vont de l'approfondissement spirituel à la guerre sainte contre les infidèles en vue de propager l'islam dans le dar al-harb, ou domaine de la guerre. Le dar al-harb désigne le monde non musulman où il est licite de mener la guerre sainte, par opposition au dar al-islam, ou domaine de l'islam.»

Ainsi les «extrémistes» et les «radicaux» sont des adeptes de l'islam comme vous et de bons musulmans au regard du «Coran» et du «Noble Hadith». Ils appliquent à la lettre les dogmes imbéciles des livres saints. De parfaits soldats de la cause musulmane.

Et bien cher Babil, cette lecture du Coran que vous vous efforcez de cacher vous rend cynique et hypocrite et je dirai même que vous ne roulez pas à contre-Coran mon vieux. Vous êtes bien un proche parent de sieur Tariq Ramadan et consorts. Comme pourfendeur de blasphèmateurs et critiques de l'islam vous apparaissez comme une caricature grotesque. Vous feriez bien mieux d'assumer votre mimétisme, car vous êtes bien un digne représentant d'une secte qui prône un totalitarisme religieux. Votre mouvement est bâti sur la crainte et l'auto-surveillance et ne peut donc avoir aucune légitimité à mes yeux. Il n'y a que les lâches (et ils sont nombreux) pour vous considérer comme religieux, les autres vous diront sectaires.

Je ne m'attendai donc pas à mieux d'un prélat de l'islam de paix car nous acceptons par liberté d'expression le «Coran» sur nos étals alors qu'il est à classer dans le même rayon infâme que Mein-Kampf (mon combat d'un certain Adolf Hitler). Autant dire que nous acceptons vos délires et que vous n'acceptez pas les nôtres. ( Kasimirski 3.53 : Ces paroles sont la vérité qui vient de ton Seigneur. Garde-toi d'en douter.)

Faut-il vous rappeler que votre «Saint Coran» m'insulte à longueur de verset, que certains de ses versets sont probablement passiblent de jugement devant les tribunaux pour incitation à la haine. J'excuse volontier à ce vieux livre les paroles d'un autre âge dictées par un être probablement aigri et malade. Par contre adopter ces versets aujourd'hui c'est œuvrer dans un dessein politique.

Quand (2-171) «les mécréants ressemblent à du bétail», que ma compagne (2-223) n'est «qu'un champ de labour», et que vous devez (2-193) me combattre «jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allâh seul.» (8-57) «Donc, si tu les maîtrises (infidèles) à la guerre, inflige-leur un châtiment exemplaire de telle sorte que ceux qui sont derrière eux soient effarouchés. Afin qu'ils se souviennent». ...etc ...etc ... etc...
source : IslamFrance.free.fr.

Oui Mr Dalil, ce livre simplet, redondant de propos intolérants, misogynes, antisémites, violents, belliqueux, ( à l'instar du Père Spirituel : l'«Ancien testament» ) est une incitation à la haine et nous démontre qu'il ne peut y avoir un «islam de paix» par l'acceptation de tels écrits. En réalité le coran est un pamphlet politique prônant un fachisme religieux. Mais rassurez-vous cher Dalil, votre secte n'était pas la première et vous n'êtes pas la seule religion ( chez moi le mot religion est forcément péjoratif ) à fréquenter ces bas fonds. Les trois monothéismes abrahamiques s'adossent à cet havre de paix que l'on nomme «ancien testament». Gardez donc la guerre pour votre paradis. Préférez la béa attitude, jouissez-en comme un ascète et foutez-nous la paix ici et maintenant.

«L’islamisme, ça n’a rien à voir avec l’Islam !» répète Dalil à tous moments. Mais dites nous pourquoi mon cher. Nous sommes prêts à vous écouter. Attention à ce que vous allez dire, car votre Coran est bien explicite et à la portée de tous. L'obsédant silence de vos prières de paix me donne le vertige.

Croyez-vous qu'un individu professant les théories d'Hitler et encensant «Mein-Kampf» est un être de paix ?
Non, alors pourquoi refuser Hitler et accepter l'Islam ? Les similitudes sont frappantes et les accointances probables.

En france nous laissons légitimement liberté d'expression à tous les prosélytes des sectes officielles et vous participez à ce sirop nauséeux. En dar al-islam, la «terre d’Islam» où les lois de l’Islam sont appliquées je ne trouve pas la réciprocité. Cher laboureur, même un musulman ne peut contredire le dogme, un apostat mérite la mort et je ne vous parle pas de la situation des femmes musulmanes. Nous vous laissons vous exprimer, faites de même. Pour vous aider à quitter ces pensées liberticides et à rejoindre l'intelligence je vous invite à lire en bas de page un cours texte d'Antoine Sfeir. Ne me remerciez pas c'est un simple geste de compassion pour avoir douté de vos pensées.

La question qui fache : À quand un «Nouveau Coran» ?
Difficile à imaginer car le Coran est le verbe de dieu.
Allah se serait-il trompé ?

«Athée» vous de le lire et vous comprendrez vite qu'il n'y a rien à attendre d'un «Livre Saint».

La lecture de ces «récitations» doit rendre les individus plus à même de comprendre l'actualité présente et reste un devoir pour tous les hommes épris de liberté. L’islam s'est propagé et se propage toujours en pratiquant le terrorisme religieux et nous n'avons d'alternative qu'entre l'obscurantisme ou la liberté. Les autres abrahamiques ont déjà reçu quelques claques et ont baissé pavillon. Ne les laissons pas reprendre le devant de la «cène» car elles pourraient à nouveau mordre. Le Rwanda nous le rappelle.

Dalil, certains aveugles parlent volontairement de «chocs de civilisations» ou de «maladie de l'islam». Ils devraient plutôt aborder le sujet sur la différence entre d'une part une civilisation archaique et figée au moyen âge et d'autre part des sociétés en constantes évolutions. Il est vrai que de nombreux prélats ont la nostalgie d'un eden où les représentants de dieu dirigeaient le monde. Laissez donc respirer vos fidèles et servez-les en leur apprenant le chemin des bibliothèques municipales (non pas coraniques).

Au fait avez-vous entendu la «repentance» islamique face aux exactions commises pour quelques dessins ?

On n'entend pas beaucoup les intellectuels religieux en réaction à cette affaire (de toutes les religions).
Seraient-ils murés dans un silence approbateur ?
Combien de prélats sont prêts à condamner le professeur pour s’être exprimé ?

Cette absence d'indignation n'est pas très étonnante. Par contre l'assourdissant silence des anti-fascistes de service est inquiétant. Quel courage! à moins qu'ils ne soient d'accord avec les thèses radicales de l'islam ou qu'ils protègent les prophètes Mao, Trotsky et consorts. Quant au MRAP, il s'est détourné de l'amitié entre tous les peuples pour embrasser la cause islamiste. On appelle cela une dérive sectaire et l'acronyme «MRAP» devient donc naturellement le Mouvement pour le Ralliement et l’Allégeance au Prophète.

Il est dommage regrette Corinne Lepage de laisser à la seule extrême droite, la défense de la liberté d'expression, des valeurs républicaines et de la laïcité. Vous voyez bien cher Balil que nous ne pouvons nous passer de la moitié de l'humanité.

Ha! quelques soutiens de plus Hollande, Bayrou, 
Voynet, et une pétition au Nouvelobs 

Malgré tout avec si peu de tintamarre l'acouphène me fait mal.



«Les musulmans de France, malgré toutes les insanités que l'on a entendues lors de la crise du voile, jouissent, dans la plus petite parcelle de territoire sous souveraineté française, de plus de liberté d'expression politique, philosophique et religieuse que dans l'ensemble des pays du monde musulman. Il est fort possible que cette situation n'apparaisse pas encore assez clairement aux yeux de certains sur qui s'exercent des pressions rétrogrades. Mais un musulman français est aussi un Français à qui revient de plein droit l'héritage d'une histoire de luttes pour la liberté sous toutes ses formes, un héritage dont personne, sous quelque prétexte que ce soit, ne peut le priver.»

Antoine Sfeir, directeur de la rédaction des « Cahiers de l'Orient ».
si vous souhaitez lire l'intégralité de l'article cliquez-moi

Publié dans Atheisme

Commenter cet article