Björk [Le geyser d'islande]

Publié le par Athée

source vocale jaillissante.

 
«Volta», le nouvel album de Björk est un cocktail d'alcool sec. De type «Tequila sunrise» (à l' instar de la pochette) pour l'exubérance des morceaux rapides et d'un «Blue Lady» d'une mer curaçao pour les plages intimistes. Vocaliste hors pair, Björk n' est pas l' ovni ( Organe de Vocalise Non Identifiable ) mais bien une aurore boréale.


Imaginez, nous sommes sur la glace polaire, des nuages de gaz s'enflamment pour déchirer le ciel nocturne...



L'artiste a également des positions intéressantes sur l'univers aseptisé de la pensée religieuse.

Prenez donc ce dernier cocktail «Blue devil» à déguster sans modération.


«LES ATHEES, DEVRAIENT S'UNIR ET TUER UN MILLION DE GENS, HISTOIRE QU'ON NOUS REMARQUE»

 
Voici quelques extraits d'un entretien accordé au journaliste Alyz Tale du magasine Rock & Folk. Numéro 477 Mai 2007
 
«Je trouve cette suffisance religieuse très fatigante. S'imaginer que l'on peut vivre sans la nature, sans son corps et simplement être dans cette boîte intellectuelle où on peut trouver des arguments sans fin, mais pas de solutions. C'est très égoiste. Je me disais que peut-être les gens comme moi, les athées, devraient s'unir et tuer un million de gens, histoire qu'on nous remarque (rire), ce serait tellement ridicule ! tu imagines ?  il n'y a pas de raison, personne ne parle de nous dans les journaux, nous aussi on veut passer sur CNN (rire) ! Bon d'accord, c'est une mauvaise blague ! mais bref, ce que je veux dire, c'est que peut-être cet album est une tentative de rappeler aux gens qu'au final, on est une tribu d'humains. Peut-être aussi que je suis fatiguée des religions qui détiennent la spiritualité. Chacun à sa propre spiritualité, sa propre transe, ce peut être ne dansant, pour certains c'est en buvant beaucoup, et le jour d'après on a honte, on ne se souvient de rien, il y a sentiment de culpabilité, peut-être que dans cet album, j'essaie d'aller à cet endroit où l'on n'a pas le droit d'aller. Mais ce n'est qu'une tentative, je ne dis pas que j'ai réussi ...»

«Dans l'album il y a une chanson qui parle de régler son horloge sur celle de la lune. Il y a treize lunes dans une année et les femmes, treize fois par an, deviennent heu ...rouge, mais la religion est contre cela et ils ont décidé de 12 mois ! Le chiffre 13 est devenu mauvais mais c'est le chiffre de la moitié de l'humanité, les femmes ! et eux te disent : «non maintenant on va vivre sans la nature, sans les femmes» quelle arrogance ! j'habite à Manhattan, je ne sais pas si c'est la même chose ici mais là-bas, quand on prend l'ascenseur, il n'y a pas de treizième étage, c'est dingue ! Une part de moi essaie ici de réveiller cette ancienne Mère nature. C'est aussi une sorte de comédie à mes yeux, un peu comme ces films d'horreur avec des zombies. la Mère nature qui se réveille après des milliers d'années de religion qui la tue. Elle va dans tous les asenceurs avec un stylo et écrit 13 partout ! Et elle règle leurs horloge sur la lune (rire). Bon je plaisante mais tu vois ce que je veux dire ...»


 
 
Björk raconte Volta sur lesinrocks.com
Jean-Daniel Beauvallet 23 avr. 2007
 

Sur Volta, tu collabores avec le Malien Toumani Diabaté et le New-Yorkais Antony ?

J'écoute Toumani Diabaté depuis des années, notamment l'album New Ancient Strings, un mélange plutôt cradingue entre les cordes, les rythmes tribaux, les cuivres, la kora ... Ça m'avait déjà influencée sur Vespertine, où j'avais sali le son des instruments trop angéliques, comme la harpe ou le glockenspiel... Sur Volta, j'ai utilisé trois instruments à cordes : un ancêtre médiéval du clavecin, un luth très ancien de Chine et la kora africaine... Des instruments au son très vibrant, jamais très net, jamais clinique. Quant à Antony, nous avons des amis communs à New York et nous avons déjà chanté ensemble en Islande.


Sur Medúlla, tu écrivais «Ni Bush ni Ben Laden». Tu le ressens de manière encore plus urgente aujourd'hui ?

Ça fait quatre mille ans qu'on nous terrorise avec ces religions organisées ! La Terre existe depuis plus de quatre milliards d'années, elle peut quand même se défendre contre ces minuscules quatre mille ans... Cette idée selon laquelle on ne peut vivre qu'aux ordres de l'hémisphère gauche du cerveau, en négligeant totalement sa partie animale, païenne, physique, naturelle est absurde. Comment a-t-on pu à ce point négliger la nature pour se laisser embobiner par la Bible ou le Coran ?
[...]
Nous sommes fondamentalement des païens, il va falloir le prendre en compte.

Lire l'intégralité de l'article


 
 
«Chanter équivaut à descendre une colline en glissant»
Par Gilles RENAULT
samedi 14 août 2004 (Liberation)
 

«J'aime envisager la musique comme un immense territoire d'expérimentation où il est possible d'évoluer plus librement que dans la vie quotidienne. En ce sens, elle est la porte ouverte sur un monde abstrait dont je ne pense pas qu'il faille forcément chercher à délimiter les contours.»

La religion entre-t-elle dans ce champ ?

«Le principe même de conviction religieuse est pour moi néfaste. Il renvoie nécessairement à la coercition, à l'obéissance. Or je préfère croire à l'autodétermination là où tout culte tend à priver l'individu de ses facultés intuitives les plus élémentaires. L'idée qu'un livre écrit il y a deux mille ans puisse servir, encore aujourd'hui, de mode d'emploi existentiel me paraît pour le moins étrange, voire saugrenue. C'est tellement plus gratifiant de découvrir les choses par soi-même.

[...] les groupes d'amis avec lesquels j'ai commencé à sortir à la fin des années 70 étaient fortement imprégnés de surréalisme. Mais un surréalisme à la mode islandaise, c'est-à-dire en relation avec la nature, moins intellectualisé que sur le continent, et combiné à l'essor du mouvement punk. De ce curieux alliage est née une identité artistique passant notamment par l'usage de l'islandais au lieu de l'anglais...

Je me souviens ainsi de débats sans fin, souvent arrosés, avec des amis, sur la nature exacte d' André Breton, pur génie ou personnage juste très intelligent. Avec l'arrogance de mes 16 ans, sans gros bagage littéraire, j'ai sans doute dû dire tout et son contraire avant de commencer à tracer ma propre voie.»


Lire l'intégralité de l'article
 
 

.

Publié dans Atheisme

Commenter cet article